Liens entre karaté et yoga

Position du Guerrier 1

Les origines du karaté font l’objet de passions et recherchent multiples, et restent mystérieuses. Le Karaté, la “main vide”, est issu de la rencontre entre les experts de Kung-fu Chinois, et les habitants d’Okinawa (Japon), dés le XIVe siècle. De ces échanges naît l’Okinawa-te (ou To-De, la “main de Chine”). Mais qu’en est-il dans le détail ? Si l’on remonte dans le temps, quelles sont les origines du Kung-fu, et du To-de ? On entre alors dans un dédale de différents styles et budo (arts martiaux) qui s’entrecroisent et s’influencent mutuellement

Une histoire largement relayée remonte au Ve siècle, et évoque des origines indiennes, avec la venue en Chine de Bodhidharma, un moine bouddhiste, après avoir médité pendant 9 ans face à un mur pour atteindre l’éveil. Il crée l’école chan, devenue “zen” au Japon “méditation silencieuse”, et enseigne le QiGong aux moines du temple de Shaolin (fondé à la fin du Ve siècle) – pratiquants de wu shu, dans une condition physique déplorable. Il transmet une série de 18 mouvements destinés à fortifier le corps et l’esprit: les 18 mains des disciples du Bouddha (Shih Pa Lohan Sho). Ces 18 exercices constituent la base de ce qui allait devenir le Kung Fu de Shaolin.

Invérifiable avec certitude, ce fait est critiqué. Mais que ce soit par un homme, Bodhidharma, ou via un processus plus lent d’échanges et de pratique, les budos ont effectivement beaucoup évolués au temple Shaolin. Ce savoir s’est ensuite disséminé partout en Chine avec les multiples destructions du temple et la fuite des moines.

Aussi, si cette histoire est vraie, au moins partiellement, il n’est pas surprenant de retrouver des similitudes entre le Yoga indien, dont on trouve des traces écrites codifiés, les Yoga sutra, par Pantanjali entre -500 et -200 av. J.-C. et le karaté japonais dont la nomenclature apparait au début du XXe siècle. D’ailleurs, peut-on parler de karaté japonais? Quand on sait que certains kata sont à l’origine crées par des maîtres de Kung fu Chinois, comme Papuren, du style de la Grue Blanche, appris puis réadaptés par les maîtres de Karaté, notamment Shito-ryu et Goju-ryu, qui empruntent beaucoup au style Chinois.

Les pratiquants assidus du karaté savent que l’apprentissage est infini. Et c’est justement car rien n’est fixé, que les styles s’entrecroisent et évoluent encore aujourd’hui. Dans le karaté actuel, en France et au moins jusqu’à la ceinture noire, nous insistons beaucoup sur la forme externe, dans une logique sportive (de loisir ou de compétition). Car il faut faire des choix, on ne peut pas grimper la montagne par tous les flancs en même temps. Pour Horizon Karaté Club, le Yoga est un passionnant chemin différent de la même montagne. Plus interne, la pratique yogiste prend le temps de la maîtrise de la respiration (prayanamas), de l’équilibre et de la découverte des muscles profonds. Un travail “avant le geste” qui, dans un esprit karatéka, permet un plus grand maîtrise et efficacité en combat.

Il est frappant de voir à quel poins certaines postures de Yoga et Karaté sont reliées. Preuve des liens entre karaté et yoga.

Zenkutsu dachi (fente avant)

Position du Guerrier 2
Kata “Kanku-Sho”, dérivé de “Kushanku”, en réalité “Kwang Shang Fu”, expert Chinois du nord venu en tant qu’ambassadeur de l’empire Ming à Okinawa (1761)
Position du Guerrier 3
Ushiro Geri